Flux
Articles
Commentaires

Facebook profile

Nous sommes le 1er Avril, que vont nous inventer les organisateur pour cette journée ?

Nous nous retrouvons à 9h30 devant le restaurant pour routier Arcotel où nous avions démarré la saison. Il fait un beau soleil sans nuage mais les plus optimistes auront remarqué que l’équipement d’été n’est pas encore suffisant car l’air est frais.
En attendant les retardataires – dont certains ne viendrons jamais – quelques Casimirs vont boire un café à la station d’autoroute toute proche (Muriel n’étant pas là, pas de thermos de café :-( ). Les autres attendent en admirant le nouveau roadster naked (trop naked peut être) de Cédric.

La nouvelle ratbike de Cédric

A 9h45 nous allons bouger les buveurs de café avant qu’ils ne s’endorment, direction un plateau de moto école en pleine brousse. Bien que certains laissent encore des distances de sécurité « camionnesque », les positions sur la chaussée lors du roulage en groupe et les passages de ronds points prouvent que nos cours commencent à rentrer.

Arrivé sur la zone d’entrainement, nous rangeons  nos motos bien proprement. Notre GO, Félix, nous présente nos aide-moniteurs de la journée Fabienne et Régis, puis nous détaille le programme de la journée :

  • Le matin : Freinage
  • L’après midi : maniabilité rapide (mais aussi un peu lente, en fonction du stagiaire)

L’espace est très grand, nous faisons 3 ateliers de freinage et nous répartissons en 3 groupes de 5 :

– Un atelier de freinage-retrogradage (à ne pas confondre avec un freinage rétrograde) sur lequel nous devons arriver en 3ème et nous arrêter sans le frein avant en rétrogradant.

– Un atelier de freinage « surprise » pour nous entraîner à freiner le plus cours possible lorsque celui qui est devant pile lors des roulages en groupe. Le principe est de partir à 2 en décalé, celui qui est devant freine quand il veut, l’autre doit freiner seulement lorsque le premier a entamé son freinage.

– Un atelier d’évitement dont le principe est le même qu’au permis.

tout est prêt, mais où sont les casimirs ?

En fin de matinée les plaquettes demandent grâce et les corps crient famine. Mais Régis tient à montrer à Cédric qu’il a bien retenu la leçon et se lance dans une réprimande collective et méritée sur le manque d’attention des casimirs sur les ateliers. Nous baissons tous sagement les yeux et promettons d’être plus attentifs, en particulier lorsque Régis fait les démonstrations sans casque (je sais c’est bas, mais j’avais prévenu le rédacteur du CR est de mauvaise foi)

Nous nous rendons en groupe au restaurant retenu par les organisateurs, un buffet chinois à volonté. Il faut croire que la commission formation a des actions dans la sauce de poissons ou les nems…
L’ambiance est conviviale, le repas bien copieux et nous repartons sur des motos étrangement plus stables avec une garde au sol réduite.

  

Nous retournons sur notre morceau de bitume d’entrainement, il commence a faire un peu chaud. Le temps d’installer les ateliers de mania certains tenteraient bien une sieste digestive au soleil. Mais c’est bien mal connaître Cédric, Félix et Max qui nous sortent de notre torpeur pour nous contraindre à faire de la mania.

Le premier atelier est un parcours de maniabilité « rapide » : un slalom en 2 ou 3 ème, un demi tour puis retour pour un évitement et freinage. Nous travaillons le contre-braquage et le placement du regard.

Le regard qu'on te dit !!!

Le deuxième atelier est un parcours de maniabilité lente : un petit slalom rapproché puis un huit. Nous travaillons ici le point de patinage, les appuis sur la moto, le regard mais aussi le placement du regard, sans oublier de porter le regard sur la porte suivante et surtout  ne pas fixer le plot (ça va c’est clair ?)

Lorsque tout le monde a bien tourné, nous modifions les parcours pour faire :

– un large slalom rapide. Les portes sont placées de part et d’autre de la chaussée et il faut passer en 2 ème. La trajectoire et l’inclinaison sont ici essentielles mais il ne faut pas oublier le regard (je sais je deviens lourd…)

– un atelier de rétro-freinage* au cours duquel il faut marquer l’arrêt sans mettre le pied à terre.

Nous décidons de « plier les gaules » vers 17h. Maxime nous fait un débriefing de la journée et  nous échangeons sur l’organisations des CPM.

Il est 17h45. Il est temps de rentrer (déçu par l’absence de farce pour ce premier avril).

Félicitations à Felix pour l’organisation de ce CPM. Merci à tous les moniteurs et particulièrement à Fabienne et Régis. Merci aux Casimirs pour leur bonne humeur et leur attention. Il est clair que nous sommes en fin de saison, les exercices passent mieux et les chutes se font rares (sauf pour les optimistes…)

 Photos par Remdé

* retro-freinage : nom masculin – technique de freinage consistant à mettre un « coup de gaz » lorsque l’on rétrograde juste avant d’embrayer. Permet de ménager la chaîne cinématique (boite, pignon, chaîne, pneu) lors du passage d’un rapport inférieur.
Expression : « Mon chéri, peux tu rétro-freiner plus souvent ou je te casse la tête ? » compagne de Maxime
Synonyme : WaaaaBrooo WaaaBrooo  dixit Cédric

 

 

 

Laisser une réponse