Flux
Articles
Commentaires

Facebook profile

Hubert, nouvel adhérent, avait réussi à éviter le 1er CR de la saison, sauvé de justesse par un moniteur ayant eu Virginie dans le collimateur 😀
Mais je lui avais promis de le lui « imposer » au prochain CPM. Il ne s’est pas démonté, et s’en est donné à cœur joie. Merci à lui !


Dimanche matin mon réveil a sonné pour 7h00 afin de profiter au mieux de cette journée ensoleillée au grand regret de nos formateurs qui auraient probablement souhaité nous encadrer avec un temps digne du déluge de la veille au soir.

Je suis arrivé sur site avec un peu d’avance, le temps de discuter avec d’autres casimirs, dans l’ensemble tout le monde était ponctuel. S’ensuit d’une présentation rapide de la journée, plusieurs groupes se forment en fonction des niveaux. Pour ma part le choix s’est fait au feeling vers le groupe 4 « intermédiaire » de Sébastien (Honda VRF 800 noire) & Domi (BMW F700GS). Petite équipe de roulage sympathique avec comme camarades :  Christine (Triumph Street Twin), Eliane et Laurent (Yamaha 1300 FJR), Françoise (Yamaha MT07), Sébastien (Honda VRF 800 rouge) et Robert (Indian).

Après un rappel des règles de roulage, de la position de « pilotage » nous avons pris le départ pour un premier roadtrip d’une heure sur 60km de petites routes direction le café de Maisse. Au début j’ai eu quelques hésitations sur le transfert d’informations aux équipiers arrière et je me suis rendu compte que je faisais plus attention à l’ouvreur qu’à la route dans son ensemble ; rapidement je me suis rappelé des conseils du premier CPM et la conduite est devenue plus naturelle.

Seconde session d’une heure et demi, dont une halte sur un spot de virages que nous ferons 3 fois. La trajectoire de sécurité ça s’apprend et ça se travaille, on n’est pas en moto GP : il faut savoir adapter sa vitesse, se positionner à l’extérieur du virage, porter le regard loin, garder un filet de gaz (important pour l’adhérence) et se repositionner au milieu de la voie à la fin de la courbe, en théorie ça semblait facile et le premier passage sera validé, pour le second par contre je suis arrivé un peu plus vite sur la roue arrière de Christine dans le virage et erreur : j’ai touché le frein avant, la moto s’est redressée mais c’est passé :/ Certains diront « c’est normal tu as une GS, elle te corrige». Pour le troisième essai, j’ai eu l’opportunité de passer devant et me concentrer sur la technique en mettant plus de gaz :), la frustration était passée.

13h00, enfin la pause dej’ avec un pique-nique au bord de l’eau à Cannes-Ecluse. Le temps de faire un peu plus connaissance avec les autres groupes et d’avoir un rappel de Daphné sur le travail maison que je devais faire. (je n’avais pas oublié). (=> Note : il est bien ce p’tit gars :D)

Digestion à peine finie nous sommes repartis pour le troisième circuit, direction le château de Vaux-Le-Vicomte. Sébastien nous a fait prendre une route au revêtement douteux, le premier virage m’a réveillé car la moto a glissé des deux roues, comme quoi la sécurité est une vigilance de tous les instants.

Au château, la chaleur s’est fait sentir l’équipement collait un peu. Didier essuiera quelques crampes et a fini par tirer sa révérence, il est vrai que cette journée était physique. Bon rétablissement à toi et à bientôt.

Direction notre point de départ, sur ce dernier trajet Robert a bien faillit laisser un cale-pied, il aurait été dommage d’égratigner sa magnifique moto. 

Une fois les aurevoirs sympathiques échangés, il a fallut retourner à la maison avec le tracas quotidien de l’inter file sur la quasi totalité du trajet.

Bilan très positif de ce premier roulage CASIM, au total 6h00 de roulage avec 301 km parcourus et 4h20 de pause (quelle poucave cet ordinateur de bord), ce fût très instructif ; mis à part quelques douleurs aux jambes (normal dira-t-on) je n’ai pas eu de fourmi dans les mains.

Merci à nos formateurs pour leur temps et leurs conseils.


Un 1er roulage est toujours complexe à organiser. Nous ne connaissons pas nécessairement le niveau des nouveaux adhérents, il est donc intéressant de laisser chaque personne se placer dans le groupe de niveau qu’elle estime correspondre à sa « zone de confiance ».

Pour ma part, j’ai lu le désespoir dans le regard d’OlivierA & Valmène et n’ai pu me résoudre à les laisser tels de petits chiots abandonnés avec les yeux humides suppliant du regard que quelques âmes se joignent à eux. Nous connaissons tous leur expertise et leur capacité à rouler « dynamique ».

D’autres courageux se sont avancés, des anciens tels que LaurentI & Wilfried, et des nouveaux qui n’ont pas vraiment eu le choix Victor & Olivier (attrapé par Valmène car il portait du cuir). C’est donc le cœur vaillant, le ventre noué et les jambes tremblantes que nous entamons un brief sur le roulage en quinconce avant de prendre la route.

Dans l’ensemble un groupe plutôt homogène, mais il faut avouer qu’Olivier roulait gentiment 😀
Nous avons pu observer un des casimirs du groupe nous précédant tenter une manœuvre d’enduro, mais il est vite revenu sur le béton. Nous avons préféré les doubler 😀

Un passage sur un spot à virage que nous affectionnons, où OlivierA a pris le temps de prendre Wilfried & Olivier pour une session EDSR (« Entrée Découverte Sollicitation Reprise » => et non Escadron départemental de sécurité routière, même si cela reste tout à fait dans la thématique).
Quant à Valmène, elle a bien tenté d’éduquer le reste du groupe à ce principe, mais leur erreur était de chercher la vitesse plutôt que la technique. Un point sera fait à la pause suivante et repris au prochain CPM.

Il est maintenant l’heure de manger… 130km plus tard, les ventres crient famine. Un passage à la station service, une béquille coquine & un rétro en moins plus tard, et nous voilà aux bords de l’eau.

Avant que nous nous jetions sur notre pitance, OlivierA nous fait un petit rappel ou cours sur la façon d’aborder l’EDSR avec schéma/dessin dans la terre (quel talent !).
Là, Olivier (oui l’autre, faut suivre ! Y’a 2 Olivier dans le groupe, c’est pas simple) tente de quitter notre groupe car il a bien senti qu’en fin de matinée il commençait à rouler au-dessus de ses pompes. Collégialement, nous lui avons dit « On laisse pas BB dans un coin ! Alors tu finis avec nous ! On s’adapte à ta vitesse et picétou ! »
Une sieste, et ça repartira !

Tous les groupes arrivent petit à petit, les « bento » jaillissent.
Il va sans dire que les pique-nique CASIM deviennent « select ». Chacun y va de sa glacière, ses ustensiles en verre, les sacs poubelles… Impressionnée par tant de rigueur dans l’organisation de ce déjeuner. Nous avons bien tenté de voir avec la commission Logistique (aka Hervé) pour qu’ils ramènent tables, nappes, foodtruck & co, mais pas sure que le budget soit validé !
Ce moment champêtre nous permet de nous retrouver, de nous découvrir (anciens & nouveaux), de nous taquiner et de subir la chaleur qui s’annonce fort sympathique pour l’après midi.
Je retrouve Hubert pour lui imposer le CR de la journée (mais comme je suis sympa, je vous en fais un aussi ! (2 pour le prix d’1, z’êtes chanceux)) , discute avec mon Maître Laboureur grâce à qui une sortie de route dans la terre est gérable, vais embêter LaurentB, rigole avec Alphonse sur le fait que lorsque nous sommes séparés, rien ne nous arrive; et enfin, pars à la rencontre de quelques nouveaux et profite des joies des pipis dans la nature à la limite de l’exhibitionnisme.
J’espère vraiment que nous réussirons à partager notre temps entre « anciens » et « nouveaux adhérents ». Oh oui, mélangeons-nous !

Assez trainé ! Il fait chaud, ré-enfilons nos cuirs !

Après quelques spots à virages rigolos & piégeux car fraichement « re-gravillonnés », l’EDSR se met en place. Olivier augmente un peu le rythme pour s’assurer de l’homogénéité du groupe et surtout que celui-ci ne s’étende pas trop (restons compact !).
La pause devant le Château de Vaux-le-Vicomte arrive à point nommé, nous crevons de soif, nous sommes mouillés et dégoulinons.
Nous retrouvons Didier (Merou) tout cassé. Je lui montre quelques mouvements d’étirement du psoas et il finit par rouler en boule au sol (mes indications n’étaient peut-être pas claires xD). Il décidera, à raison, d’arrêter sa journée ici. Il faut savoir être raisonnable.
Le temps passe et certains groupes n’arrivent pas… L’inquiétude nous gagne. Un coup de téléphone et nous comprenons que certains n’ont pas fait la dernière pause et nous attendent déjà à l’arrivée (Bravo !).

La dernière partie est un peu moins passionnante. Nous retrouvons la civilisations et la complexité de gérer un groupe de 7 motos (groupe séparé sur des ronds-points, groupe séparé à des intersections, groupe séparé par des voitures qui s’insèrent entre nous en forçant…).
Mais nous arrivons et prenons le temps d’attendre l’arrivée de tous les groupes avant de nous en retourner dans nos foyers respectifs.

En bref (après ce long pavé), une 1ère journée de roulage prometteuse d’après les conversations entendues, du potentiel à faire progresser et des gens heureux de se retrouver/rencontrer.

Nous espérons donc vous voir souvent à tous les CPM de la saison !

Au départ… les groupes se forment & les briefs s’imposent !
Debrief EDSR avant un pique-nique bien mérité !
Calme et sérénité
Pause, étirements & au-revoir 🙂

Laisser une réponse