Flux
Articles
Commentaires

Facebook profile

En l’absence de Thomas et Stéphane, habituellement préposés aux CR dans lesquels ils excellent, je me vois attribuer cette tâche ingrate par notre cher Raymond !

Après le constat de quelques abandons de dernières minutes, Noel et moi partons attendre nos casimirs chéris sur le parking du centre commercial Bay2. Premier constat en sortant de chez moi, ça pleuvine ! Confirmé par nos premiers tours de roues : l’espèce de nuage noir devant nous arrose copieusement le bitume. Pas grave, on ne rejoint pas trop vite le point de RDV histoire de ne pas se faire arroser.

Arrivés les premiers à Bay2, on remplit (aussi copieusement) les réservoirs et cherchons un point où on sera visible. On choisit un endroit stratégique, à côté de la station, battu par les vents froids que ceux qui sont restés au lit nous ont envoyés ! Stéphanie de la C78 nous rejoint rapidement et là, commence le bal du pipi des filles présentes…. C’est le principe des vases communicants semble-t-il : le remplissage des réservoirs de nos motos déclenche le vidage des vessies de nos casimirettes !

Les casimirs arrivent petit à petit et vers 9h35, tout le monde est présent. Enfin presque : Eric nous rejoindra pour le repas, les ampoules de son italienne (ben oui, pourquoi acheter une italienne d’ailleurs ????) ayant fait des leurs au moment du départ. Nous serons 24 au total.

Raymond, réalisateur et concepteur des plus belles balades de la Casim, entame alors un briefing impressionnant : « bon, vous savez comment on roule ? …. Ouais…..alors on y va ! » (Merci Raymond !)

3 groupes sont constitués : les blaireaux emmenés par Raymond, les poireaux emmenés par Jean Robert et les courgettes emmenés par moi-même ! Le groupe de Jean Robert attirant pas mal la gente féminine : le charme inclassable de notre JR national (le seul qui reste après la mort de l’original cette semaine d’ailleurs !) ? Ou l’attrait des cheveux blancs ?

Après un départ qui ne respectera pas l’ordre supposé des groupes et qui perturbera vraisemblablement JR, nous nous dirigeons vers notre première destination : un bar de Dammartin en Goele ! Les courgettes y trouveront bien les motos des poireaux mais on a du se tromper de bar car nous n’avons jamais trouvé les poireaux ! Pas grave, ce petit café/chocolat/crème nous fait du bien ! En l’absence du célèbre breuvage de Mumu !

Les groupes repartent dans l’ordre cette fois ci, direction Crépy en Valois. Raymond nous a déjà prévenus : une photo et hop, gazzzzzz !

Les routes sont belles même si elles sont un peu étroites. Relativement propres même si parfois un peu humides. 5 kms avant d’arriver à Crépy, beau petit spot de virage que nous ferons d’ailleurs 2 fois au grand régal de tout le monde (enfin, je pense…)

Crépy et ses remparts : Karine qu’on n’avait pas encore entendue décide de faire parler d’elle et laisse tomber sa moto à l’arrêt pour qu’une nuée de jeunes athlètes bien intentionnés (évidemment ! ) accourent lui relever. Bien joué Karine !

Une photo de groupe ou Manuel, malgré son âge avancé, nous montrera qu’il sait encore courir ! Merci Manu !

Quelques kilomètres plus loin, arrêt manger (eh oui, malgré l’absence de Stéphane, on avait quand même prévu de manger !). Petit resto très sympa déniché par Raymond où les toilettes ont été rapidement prises d’assaut. 3 tables se constituent, tout le monde se mélange, la serveuse prend les commandes, les appareils photos sortent des poches et les différents clients hallucinent : des motards sympas !

On y rencontre même un vieux motard ayant fait 3 fois le Paris Dakar (bon en assistance avion mais quand même…) à qui on fera une ovation ! Sympa !

Les copieuses pizzas avalées, on repart. Les courgettes repasseront par la station essence (qui m’a foutu des Harley dans ce groupe ?????) tandis que les poireaux et blaireaux s’empressent de repartir ! Des routes un peu plus roulantes sur le retour quoique…

15 kilomètres avant la Ferté sous Jouarre, je décide de faire un cours sur ce qu’il ne faut pas faire ! Allez, en tant qu’aide moniteur cette année, j’ai décidé de mouiller le maillot et de tout donner à la Casim 77 : je tourne à droite et là, je décide d’aller voir dans les bas-côtés si ça glisse ! L’appel des horizons lointains, des terres sauvages…. Je ne sais pas ! Résultat : je couche la Goldwing (je confirme, ça glisse !) qui tourne sur elle-même et se retrouve…. Face à mes casimirs !!!! Je me relève, vérifie que j’ai toujours tout (jambes, bras, tête…) et m’empresse de relever la moto (et là, merci aux cours de Fabien à l’époque… 440 kg, c’est lourd mais avec la technique ça se fait bien !). Bon, quand même la fierté est un peu blessée… mais on repart. Je constate juste que le casimir juste derrière moi prend un peu plus d’espace….étrange réaction !

Les virages deviennent un peu plus roulants et on accélère vers notre dernière pause ! La ferté sous Jouarre. On y retrouve les poireaux, complètement abasourdis devant le sale coup de Raymond : le bar est fermé !!!!!!!! Et les blaireaux se sont enfuis ! Les couards !

Après 10 minutes de discussions autour des motos, les 2 groupes repartent, le soleil dans la visière ! Traversée des bois et arrivée à Pontault-Combault. Dernières discussions sur le parking tandis que les blaireaux se cachent une dernière fois dans le Mc Do du coin, espérant qu’une horde de motards excédés de ne pas avoir bu un dernier Coca Cola ne leur tombent pas sur le paletot !

Derniers au revoir, et chacun repart chez soi par petits groupes.

A dimanche pour un CPM en salle cette fois où vous allez pouvoir vous défouler pour 55 euros sur la maréchaussée présente ! Cadeau de la Casim 77 (gaffe, ils sont armés quand même !!!!)

Merci à tous les casimirs présents pour leur bonne humeur et leur application à mettre en oeuvre ce que nous leur apprenons.

Merci à Raymond (comme toujours mais c’est mérité) d’avoir préparer cette belle balade.

Les photos prises par Manolo

Jeff

Laisser une réponse